Chères/Chers citoyens.

Le 9 Février 2020, des millions d’électeurs se sont prononcés pour la vision d’un Cameroun qui libère et protège les énergies portées par mon leader, Cabral Libii. En remportant les élections municipales dans au moins 300 communes des 360 au Cameroun, et en choisissant de jeunes candidats ambitieux et compétents comme moi à la tête des exécutifs communaux tels que celui d’Eseka, nous pouvons donner à l’opposition Camerounaise un bras exécutoire pour appliquer ce beau programme et conduire notre leader à l’élection de Président de la République du Cameroun. Candidat dans la commune d’Eseka, je vous invite à soutenir un projet qui vous concerne au premier chef. Un Cameroun qui libère et protège les énergies, c’est une ambition démocratique, progressiste et socialiste pour un Cameroun dynamique et apaisé, fierté de l’Afrique et du monde, dont tous les citoyens, où qu’ils soient, jouiront pleinement de leur citoyenneté. Aux problèmes historiques imposons de la méthode et un processus de gestion. Dans le charisme et une vision futuriste qui mettent l’humain au centre des préoccupations politiques. Avec le support des fils et filles d’Eseka vivant dans la diaspora qui par un site web professionnel de la mairie pourront être informées des besoins et nécessités dans chaque village de la commune afin d’y apporter des solutions. Mais aussi, une nouvelle façon de communiquer avec les populations afin qu’elles soient partie prenante de la gestion de leur localité.

Le département du Nyong Et Kelle est aujourd’hui fragilisé par le choix de la majorité des populations de cet espace administratif à lutter contre le régime en place  depuis les guerres d’indépendance, avec leur adhésion massive aux idéaux défendus à l’époque par l’UPC (Union des Populations du Cameroun) amené par le père de l’indépendance du Cameroun Ruben “Mpodol” UM NYOBE; et aujourd’hui par des disputes de leadership dans cet illustre parti d’opposition avec des représentants qui vendagent sans aucune vergogne les valeurs de cet héritage national qu’est l’UPC et qui mettent les populations dans des alliances malsaines et /ou incongrues, les dresse les unes contre les autres, et se foutent éperdument des cris de désespoir des membres adhérents à la base, avec pour seul objectif le positionnement individuel et le gain personnel. Ces comportements contraires à la position historique de la base de l’UPC, constituant la majorité des populations du Nyong Et Kelle attachée aux idéaux de ses pères fondateurs, ont conduit à la ruine et à l’éclatement de ce parti dont la division en plusieurs tendances est à déplorer. Les populations du Nyong Et Kelle sont donc directement intéressées à l’ambition de ce nouveau mouvement que représente Cabral Libii, le Parti Camerounais pour la réconciliation Nationale (PCRN). Tuer les egos pour rebâtir notre département, en faillant une collaboration entre les locaux et la diaspora. Le projet que nous portons est dans l’intérêt de tous : la réforme de la loi électorale permettra des avancées importantes dans tous les aspects de la démocratisation effective de notre pays et sera créatrice d’espoir pour plus d’implication du citoyen Camerounais dans le choix des gestionnaires de la chose publique. Le transfert effectif des compétences et la décentralisation fiscale créeront un contexte propice au développement économique et infrastructurel dont bénéficieront les collectivités locales et décentralisées. Notre mouvance cherchera également toutes les opportunités de nouer des partenariats (éducation, santé, économie) avec les Camerounais de la diaspora, voulant participer au processus de revitalisation de nos collectivités locales.

J’offre à ces Camerounais ressortissants de notre département vivant à l’étranger, la possibilité d’être impliqués dans la prise de décision du développement de cette circonscription du Nyong Et Kelle qu’est la commune d’Eseka. Ils seront informés quotidiennement des questions majeures regardant les besoins, projets et perspectives pour le développement d’Eseka par la conception d’un site web, qui servira de plateforme internationale d’échanges des ressortissants d’Eseka Assumant tous les droits en tant que leur représentant : leur voix portera davantage à l’implémentation du développement d’Eseka et je me ferai un devoir de respecter mes engagements.

MA VISION

Vu le potentiel dont dispose la commune d’Eseka et au regard de sa position dans l’histoire du Cameroun, il est plus que jamais temps d’activer les leviers socio-économiques qui feront à nouveau d’Eseka une circonscription attractive tant sur le plan économique que des loisirs en créant des pôles de production dans le secteur primaire et des centres de divertissement.

PROJET DE SOCIETE AXÉ SUR 12 PILIERS DE LA SOCIÉTÉ

  • La famille, la tradition et la religion (la culture)

Par le renforcement des chefferies et la création des centres d’apprentissage des traditions et culture Basa‘a (ethnie occupant à 90 % la commune d’Eseka) notamment le culte du Mbog (religion ancestrale des Basa‘a) ; aussi en encourageant le vivre ensemble par l’accompagnement dans un esprit de paix des autres communautés minoritaires ; le suivi et la prise en charge des handicapés, femmes enceintes, veuves et personnes du troisième âge et autres personnes vulnérables ; établissement des cartes de résident de la commune associe à un numéro de sécurité sociale par habitant ; construction d’un musée de la ville d’Eseka.

  • L’agriculture, la pisciculture et l’élevage

Par la création dans chacun des 30 villages qui composent la commune d’Eseka d’une coopérative soit agricole, piscicole ou agropastorale… les activités étant variées et diversifiées entre les villages… afin d’augmenter les recettes de la commune tout en créant des emplois et en formant les habitants à de nouveaux métiers pour qu’ils puissent vivre décemment de leurs activités sur place dans les villages sans besoin de migrer vers les grandes villes.

  • L’architecture, l’urbanisme et l’ingénierie

Par l’urbanisation d’Eseka ville et l’investissement dans le domaine des BTP, la restauration des édifices publics, le bitumage des routes dans les zones les plus enclavées et la connexion électrique des zones encore dans le noir ; la maintenance des infrastructures déjà existantes et la construction de nouvelles infrastructures ; l’instauration de péages routiers aux points d’accès de la commune pour les visiteurs (les habitants devant présenter la carte de résident pour montrer patte blanche) qui serviront à bitumer et à maintenir les routes de la commune ; construction d’un centre culturel et d’un marché moderne ; codification des routes, adressage des maisons et édification du Downtown Eseka (lieu de délocalisation des restes de Ruben Um Nyobe) lieu de recueillement et de pèlerinage au centre d’Eseka ; construction du boulevard Ruben Um Nyobe sur l’axe principal d’Eseka (nouveau lieu de célébration des fêtes nationales)

  • L’économie et la finance

Par la création de nouveaux pôles de production, la mise sur pied de nouvelles méthodes de perception et sécurisation des recettes communales ; le recensement et la formation des différents acteurs économiques au processus de paiement des impôts et de collecte de la taxe communale ; la mise sur pied d’une meilleure gestion administrative de l’exécutif communal associant professionnalisme, transparence et traçabilité dans l’utilisation des fonds publics.

  • Les sciences, la technologie

Par l’apport et l’application de nouvelles méthodes dans la gestion administrative de la commune, la formation des opérateurs économiques aux nouvelles technologies de l’information et de la communication afin qu’ils puissent trouver des partenaires à travers le monde pour grandir leurs chiffres d’affaires. Plus de revenus pour ces acteurs économiques impliquent plus de recettes pour la commune.

  • L’éducation, arts et métiers

Par la réhabilitation des centres de formations et des écoles déjà existantes ; la construction de nouvelles infrastructures d’apprentissage dans les zones encore oubliées…la négociation avec les organes étatiques compétents d’un nouveau format de scolarisation des enfants dans la commune couplant la théorie à l’apprentissage d’un métier ou d’un art.

  • La sante, l’hygiène et la salubrité

Par la sollicitation de la diaspora dans la fourniture de logistique pour équiper les hôpitaux, aménager la voirie municipale et matériel/machines d’assainissement de l’espace public ; la formation des populations aux règles d’hygiène et salubrité publique ; l’implication et l’organisation de la jeunesse dans le maintien de la salubrité dans les quartiers et villages ; la mise sur pied d’un fichier de prise en charge sociale.

  • La sécurité et la justice

Par une étroite collaboration avec les forces de maintien de l’ordre et les services de sécurité pour garder les populations en sécurité, faire régner un climat de paix entre les différentes communautés qui vivent dans la commune d’Eseka ; trouver des solutions sur l’assistance judiciaire des prévenus et détenus sans moyens de se défendre ; l’élaboration des cartes de citoyens de la commune avec attribution de numéro de sécurité sociale unique à chaque habitant lui conférant le droit à la prise en charge médicale, certains autres avantages au sein de la commune mais aussi au suivi de ses responsabilités fiscales.

  • Le commerce et les échanges

Par la production et la commercialisation des produits ‘made in Eseka’ dans le reste du pays et à l’exportation ; la recherche des partenaires extérieurs pour le financement des projets communaux mais aussi l’investissement dans la commune et la création d’emplois dans les secteurs du tourisme, des télécommunications et des loisirs.

  • L’eau et l’énergie

Par la fourniture d’eau potable et d’électricité aux populations villageoises via les forages et la connexion du réseau électrique avec les coins encore sans électricité ; le suivi des projets déjà existant de construction des barrages hydroélectriques et l’exploration d’autres possibilités de production d’énergie électrique.

  • La communication

Par la mise sur pied d’un site web communal professionnel présentant de façon interactive la commune, ses opportunités et ses besoins village par village,  quartier par quartier…mais aussi la gestion des projets en cours d’exécution et du budget mis à disposition ; la présentation des perspectives et challenges ; l’appel à contributions financières des forces vives et partenaires ; négociations avec les sociétés de télécommunications pour l’implantation de nouveaux pylônes et antennes pour une meilleure couverture télé numérique dans la commune; la mise sur pied d’un organe de presse, radiodiffusion et service postal communal moderne, professionnel et dynamique.

  • Les forêts, la faune et l’environnement

Par l’exploitation légale en collaboration avec les propriétaires terriens et les organes étatiques compétents des forêts pour accroître les revenus communaux ; la participation active à la préservation et à la protection de la faune et de la forêt ; la construction d’un parcours Vita sur les collines encerclant la commune avec refuges touristiques ; aménagement des étangs en pisciculture et des lacs municipaux en piscine pour détente ; l’aménagement du parc logistique communal (équipements lourds de génie civil et de maintenance immobilière) et de carrières de sable et graviers pour amortir les coûts de réfection des routes ; aménagement de parcs touristique et zoos.

                                                                                                                      TJOCK Sylvain Moïse